In: Responsabilité sociale

SIX SOURCES DE CARBURANT DE REMPLACEMENT POUR LES VÉHICULES

L’essence et le carburant diesel dominent toujours, mais ces produits pétroliers font face à de la concurrence. Devant les préoccupations croissantes des répercussions de l’industrie automobile sur l’environnement en raison des polluants sous forme d’émissions de carbone, les propriétaires de voitures recherchent des sources d’énergie de remplacement qui favorisent une plus grande durabilité. Voici six sources de carburant de remplacement qui peuvent nous guider à devenir une nation plus indépendante en matière d’énergie.

 

1. HYDROGÈNE

L’hydrogène est l’élément le plus abondant dans notre environnement et, par conséquent, facilement accessible – nous le retrouvons dans l’eau, dans les hydrocarbures et dans d’autres matières organiques –, et il est utilisé pour alimenter les véhicules électriques à pile à combustible. L’attrait de ces véhicules repose sur leur efficacité, leur remplissage rapide et, en particulier, sur le fait qu’ils ne rejettent que de la vapeur d’eau et de l’air chaud.

Par contre, l’extraction des particules d’hydrogène est un processus rigoureux et, de ce fait, l’hydrogène produit moins d’énergie que l’essence ou le carburant diesel. En partie à cause du goulet d’étranglement qui freine la production, les véhicules électriques à pile combustible n’ont pas conquis un large marché.

Le développement d’une infrastructure de ravitaillement en carburants peut se révéler difficile et coûteux, mais cela ne signifie pas que ce n’est pas réalisable. En fait, LGM est fière de commanditer le premier poste de ravitaillement en hydrogène au Canada, dont l’ouverture a eu lieu ce mois-ci à Vancouver. Ce poste est le premier d’un réseau de six postes de ravitaillement de détail qui a été créé grâce au partenariat de la société Hydrogen Technology & Energy Corporation (HTEC) et Shell Canada. Pour en savoir davantage, lisez l’article (en anglais seulement) publié en mars en cliquant sur le lien suivant : read the announcement.

 

2. ÉLECTRICITÉ

Provenant directement du réseau électrique et d’autres dispositifs d’alimentation électrique, l’électricité est une source d’énergie hautement efficace à laquelle nous avons rapidement accès grâce à une infrastructure bien établie. L’électricité est stockée dans les batteries électriques des véhicules électriques et des véhicules électriques à pile à combustible, émettant beaucoup moins d’émissions que les véhicules à essence ou à carburant diesel lorsqu’ils roulent.

Dans les véhicules hybrides essence-électricité, l’électricité remplace l’essence lorsqu’on roule à basse vitesse, au démarrage et aux arrêts. De façon semblable, les véhicules électriques à pile à combustible utilisent l’électricité pour rouler sur de plus longues distances, n’émettant aucune émission lorsque le véhicule fonctionne avec la batterie.

Bien que les véhicules électriques consomment moins de carburant, réduisant les coûts, le prix d’achat est nettement plus élevé que celui des véhicules à essence traditionnels. De plus, l’électricité est produite par la combustion du charbon ou du gaz naturel, ce qui soulève le débat sur son empreinte carbonique.

 

3. BIODIESEL

Le biodiesel n’a rien à voir avec le pétrodiesel conventionnel que nous connaissons. Il s’agit d’un sous-produit de ressources biodégradables et non toxiques, comme les huiles végétales, les graisses animales et même la graisse de restaurant recyclée, qui brûle sans résidus et qui est renouvelable. Le biodiesel se décline en divers mélanges (p. ex., B5 signifie un mélange de 5 % de biodiesel et 95 % de diesel standard), et dans sa forme pure (B100).

Contrairement aux véhicules électriques qui n’émettent aucune émission, les véhicules au biodiesel produisent des émissions de dioxyde de carbone (CO2), mais il y a un aspect positif. Toute émission de CO2 est compensée par le CO2 qui est absorbé par les cultures de matières premières à partir desquelles est produit le biodiesel (comme les fèves de soja), ce qui en fait un carburant de remplacement plus propre que l’essence ou le diesel.

Le réseau de distribution du biodiesel est absent en raison de sa production limitée, c’est pourquoi le biodiesel, dans sa forme la plus pure, peut être plus coûteux que le diesel conventionnel, mais cela est également tributaire du marché et de la situation géographique. De surcroît, le biodiesel contient 10 % moins d’énergie, ce qui signifie que les véhicules fonctionnant au biodiesel requièrent plus de carburant que les véhicules à diesel standard.

 

4. ÉTHANOL

L’éthanol, un carburant à base d’alcool, provient de matières renouvelables – pensez aux produits comme le maïs, l’orge et le blé. Plusieurs mélanges d’éthanol sont utilisés de nos jours, mais le E10 est le plus commun (10 % d’éthanol et 90 % d’essence). D’autres mélanges, comme le E15, sont utilisés pour alimenter les véhicules fabriqués à partir de 2001, et le E85, un carburant flexible utilisé dans les véhicules qui ne fonctionnent qu’à l’essence seulement, ou un mélange de 85 % d’éthanol et de 15 % d’essence.

Comme pour le biodiesel, les cultures qui sont utilisées pour produire l’éthanol contrebalancent le CO2 qui est libéré lors du processus de combustion. Par conséquent, l’éthanol peut améliorer notre sécurité énergétique et la qualité de l’air en réduisant la quantité de polluants qui entrent dans l’atmosphère.

Toutefois, la production d’éthanol est énergivore. Les ressources sont appauvries dans le processus, ce qui a des conséquences négatives sur le prix et la disponibilité des aliments, et davantage d’occasions d’émissions de CO2. En ce qui concerne l’économie de carburant (la relation entre la distance parcourue et le carburant consommé), l’éthanol contient environ moins du tiers d’énergie que l’essence, ce qui signifie qu’un véhicule parcourra moins de kilomètres par litre qu’un véhicule à essence.

 

5. GAZ NATUREL

Le gaz naturel comme source de carburant pour le transport se présente sous deux formes, le GNC et le GNL (gaz naturel comprimé et gaz naturel liquéfié, respectivement). Le GNC est un gaz naturel qui est comprimé à moins de 1 % de son volume à une pression atmosphérique standard et a une consommation de carburant comparable à l’essence.  En revanche, le GNL est un gaz naturel sous forme liquide qui est généralement utilisé pour alimenter les véhicules utilitaires moyens ou lourds qui parcourent de longues distances.

Le gaz naturel est facilement accessible dans le monde entier comme produit d’usage domestique et il brûle proprement. Cependant, la majorité du gaz naturel est un combustible fossile, le produit de plusieurs ressources qui prennent des millions d’années à se former. Ce long processus, associé à la vitesse à laquelle la combustion du gaz naturel dans les véhicules se produit, limite les occasions en ce qui concerne les applications et l’utilisation à des fins commerciales. Le gaz naturel dégage des émissions nocives de méthane dans l’atmosphère – un gaz à effet de serre nuisible supposément 21 fois plus néfaste que le CO2.

Le stockage du gaz naturel peut également être problématique et coûteux. En raison de son point d’ébullition bien en dessous de la température ambiante, il doit être stocké dans des réservoirs cryogéniques isolés.

 

6. PROPANE

Le propane, aussi connu sous le nom de gaz de pétrole liquéfié, est un sous-produit du traitement du gaz naturel et du raffinement du pétrole brut. Une fois stocké, il ressemble à un liquide incolore et se transforme en gaz seulement lors du processus de combustion. Comme l’électricité, le propane est géré par un réseau bien établi s’articulant autour de l’utilisation, du transport, du stockage et de la distribution – nous utilisons le propane dans nos maisons, pour chauffer l’eau, réfrigérer et alimenter l’équipement industriel. Ses propriétés de combustion propre ne sont pas menaçantes pour le sol, les eaux de surface ou les eaux souterraines, ce qui en fait une source de carburant de remplacement durable. Et ce qui le rend encore plus intéressant est son coût relativement bas et sa composition riche en énergie.

À l’instar des véhicules électriques, les véhicules au propane peuvent être plus coûteux à l’achat bien que le propane soit un carburant abordable. Bien que sa teneur en carbone soit plus faible que celle de l’essence ou du diesel, comme le gaz naturel, il produit des émissions de méthane.